Gryzzly assistant intelligent pour manager projet

prêt à sauter le pas ?

Essayer gratuitement Réserver une démo

vous et nous

Connexion Contact Presse

Gryzzly rend fun et simple le suivi des temps et des budgets

avatar-head Découvrir Gryzzly

Les 10 commandements du chef de projet

Les 10 commandements du Chef de projet tu suivras

C’est après des années d’expérience, de pratique, de recherche et de charrettes, que nous avons trouvé enfoui dans le désert la deadline perdue, les tablettes de la loi du chef de projet.

Que tu gères des projets quotidiennement, que tu sois nouveau dans le métier ou que tu encadres des chefs de projet, nous te dévoilons ce savoir millénaire qui te guidera dans ce métier complexe qu’est la chefferie de projet.

Cet écrit tu respecteras

1. Ton client et son métier tu découvriras

À chaque client et projet son univers ! Comprendre les besoins de ton client et les enjeux de son métier sont des concepts clés à maîtriser pour apporter une réponse adaptée à ses problématiques.

Cela t’aidera également à garder un focus durant la réalisation du projet pour avoir toujours en ligne de vue les spécificités du secteur pour lequel tu travailles.

Concrètement, on ne s’adresse pas de la même manière à un artisan, un étudiant ou un avocat. Ils n’utilisent pas non plus les mêmes outils ou canaux de communication. Cela peut impliquer la mise en place d’une veille thématique par client, ou tout simplement des sessions d’échanges régulières avec eux pour qu’ils te mettent au parfum.

En plus tu verras c’est un super moyen pour détecter des opportunités business et passer pour un pro !

2. Des questions tu poseras

Que cela soit avec tes clients, tes équipes ou tes prestataires, en phase de brief ou de bilan de fin de projet, ta meilleure arme, c’est les questions ! Ta mission : ne garder aucun point flou pour sécuriser tous les risques projet, n’oublie pas, c’est toi le garant du projet et de sa bonne conduite !

3. Le tiers de confiance tu seras

Pour nouer une relation saine avec ton client, l’astuce c’est de se positionner en “tiers de confiance”.

Ça veut dire quoi ? Que tu dois te positionner comme la référence et la source d’information ou d’action sûre et fiable pour ton client.

Comment sais-tu que tu es devenu un tiers de confiance ? Quand ton client te demande ton avis sur un projet qu’il ne t’a pas (encore) confié.

A ce moment-là, tu peux te dire que tu as la classe !

4. Dire non tu sauras

Même si le client est roi, il faut parfois (souvent ?) savoir lui dire non. Ce n’est pas parce qu’il veut une page facebook que c’est réellement la bonne solution à adopter. Dire non au client c’est s’assurer de garder le projet sous contrôle, que les solutions choisies sont adaptées à son besoin et à sa cible. C’est aussi se protéger contre des mauvais résultats en fin de projet, ou de reproche de la part de ton client. Croyez nous, ça fait du bien d’entendre “merci de m’avoir dit non cette fois là, vous nous avez évité une belle bourde !”

L’astuce Gryzzly : un “non” ça passe toujours mieux après un “oui mais”…

5. Tes livrables projets, tu soigneras

C’est tout bête mais faire de beaux devis ou de belles présentations Powerpoint, cela joue réellement sur leur acceptation. Que ce soit sur la forme ou sur le fond, au mieux tu soigneras tes livrables projets (devis, planning, recos, etc), au plus ils seront compris et acceptés.

Quand tes collègues te nomment Ninja Power point, ou Master Excel, t’es dans le bon sens, continue.

6. La communication tu soigneras

On l’a déjà dit, il ne doit pas y avoir de flou dans un projet : c’est la porte ouverte aux dérapages, aux budgets qui explosent et aux deadlines que l’on dépasse. Une communication régulière et transparente avec tous les acteurs du projet est la clé pour avoir des rouages bien graissés, et un projet qui roule. Il n’y a rien de pire que de cacher à ton client que le projet est en retard d’un mois.

Expliquer les tenants et les aboutissants dès que l’on détecte un risque projet est la meilleure manière de trouver des solutions qui conviennent aux différentes parties prenantes.

Un client sera beaucoup plus apte à t’accorder une rallonge budgétaire s’il sait pourquoi et s’il est préparé mentalement.

7. Le garant de la qualité des projets tu seras

Si parfois tu as l’impression d’être entre le marteau et l’enclume, ne t’en fais pas c’est tout à fait normal ! Malheureusement c’est ton rôle et c’est à toi de faire en sorte que les contraintes du projet s’alignent aussi bien que les planètes un jour de solstice d’été. Et si raté il y a, même si c’est la faute de ton presta, c’est sur toi que ça retombera. Mais si le projet se passe à merveille ce sera toi le roi !

8. Tes prix et devis tu défendras

Le bon prix d’un projet est toujours le prix maximum qu’est prêt à payer un client pour la prestation fournie. Si le prix n’est pas négocié par le client, demandes-toi si ton prix n’était pas trop bas. En revanche si le client rechigne sur le prix, à toi de savoir pourquoi et de défendre ton prix.

À ce moment tu as 3 choix :

  1. Réduire le scope du projet pour correspondre au budget de ton client

  2. Consulter tes prestataires ou ton équipe pour voir si certains points peuvent être réalisés plus rapidement en ajustant la qualité de la prestation, et réduire les coûts. Attention : le client doit être informé que vous passerez moins de temps sur certaines tâches et que la qualité du rendu pourra être moindre. Il ne pourra pas faire la fine bouche !

  3. Proposer au client une remise exceptionnelle qui DOIT apparaître sur ta proposition commerciale. Il ne faut surtout pas enlever des lignes budgétaires ou réduire le nombre de jours vendus artificiellement si le scope du projet reste le même. Faire apparaître la remise tout en conservant le même cadre projet permet de faire comprendre au client que la qualité de la prestation restera la même et que vous lui faite un geste commercial. Qui ne l’oublions pas, doit rester exceptionnel.

9. De la rentabilité de mes dossiers tu t’assureras

Une fois ton projet vendu et sur les rails, être garant de la qualité du projet, c’est aussi t’assurer que tu rentres dans tes frais et que tu respectes la marge cible par projet.

Pour ce faire il est essentiel de s’assurer suivre les temps de travail de tes équipes ainsi que le montant de tes achats associés au projet (prestataires, achat d’arts, licences, etc). Faire ce suivi régulièrement te permettra d’anticiper les dépassements, prévenir ton client en amont et négocier des rallonges budgétaires au bon moment.

Il est également essentiel de faire un bilan en fin de projet, cela te permettra de voir comment tu peux ajuster tes prochains chiffrages sur des projets similaires. C’est ce qu’on appel l’effet d’expérience ;)

Ne l’oublie pas, c’est pour ça qu’on a créé Gryzzly !

10. Ton portefeuille client tu développeras

Comme le chef de projet est celui qui est le plus en contact avec le client, c’est lui qui est le mieux placé pour détecter les opportunités clients et les faire remonter à son directeur client ou à l’équipe commerciale. C’est ce qu’on attend d’un bon CP et ton client sera toujours ravi si tu anticipes ses besoins et que tu arrives vers lui avec des propositions cadrées et adaptées. Cela te permettra de garder l’avantage face à la concurrence et t’évitera que le client aille voir ailleurs alors que tu pouvais répondre à son besoin !

Alors ? On a les mêmes commandements ? N’hésite pas à nous partager ton expérience on sera ravis d’échanger avec toi !

©Gryzzly - 2018